Les Réseaux de surveillance sismique dans les Pyrénées

Webmaster : S├ębastien Benahmed
Accueil>Le service>La surveillance

La surveillance sismique

Nature, ambitions et moyens

La surveillance sismique ou sismologique (seismic monitoring en anglais) consiste à détecter, localiser et évaluer les tremblements de terre. Elle peut se pratiquer à différentes échelles : mondiale (la terre entière), régionale (un continent ou un pays), locale (un objet tectonique, une faille, une chaîne de montagnes), voire très ponctuelle (un ouvrage d'art, un réservoir profond). Ses objectifs sont multiples :

Pour fonctionner, la surveillance sismique s'appuie sur des réseaux de stations sismologiques. Ces stations enregistrent en continu les vibrations du sol. La densité et la fiabilité de ces réseaux sont les garants de l'efficacité (précision et continuité) de la surveillance. C'est la mise en commun et la comparaison des signaux enregistrés simultanément en plusieurs points de mesure qui permettent la détection des séismes et leur caractérisation précise. A l'échelle de la planète, ce sont plusieurs dizaines de milliers de stations qui épient en permanence les moindres vibrations naturelles et artificielles.Le terme de surveillance sismique convoie une part d'ambiguité. En aucun cas il ne s'agit d'une tentative de prévision, analogue à celle qui se pratique en météorologie. En effet, dans l'état actuel des connaissances, les séismes ne sont pas prévisibles. On devrait donc plutôt parler d'observation sismologique, au même titre que l'on parle d'observation astronomique.

Les acteurs de la surveillance sismique en France

Plusieurs organismes sont impliqués dans la surveillance du territoire français métropolitain :

Un regroupement de l'ensemble de ces acteurs est en cours, dans le cadre du grand projet RESIF (Réseau Sismologique et Géodésique Français).

Un dernier acteur, le Bureau Central Sismologique Français (BCSF), a pour mission de collecter les observations sismologiques relatives à la France et de faciliter leur diffusion. C'est en particulier lui qui est chargé des enquêtes macrosismiques (publication, collecte, dépouillement et interprétation) basées sur les témoignages et l'expertise des dégâts éventuels après un séisme. Le BCSF ne s'appuie pas sur un réseau de stations.

Le rôle du RSSP

Antenne du Réseau National de Surveillance Sismique dans le sud-ouest de la France, service d'observation de l'Observatoire Midi-Pyrénées (Université Paul Sabatier), le RSSP est chargé de mettre en oeuvre la surveillance au sens où l'entend le RéNaSS sur les Pyrénées françaises. Il maintient sur le domaine pyrénéen un réseau de stations sismologiques, en constante évolution. Il collecte et met en commun les données enregistrées par les différents acteurs locaux, français et espagnols. Il édite ainsi des bulletins synthétiques de la sismicité pyrénéenne. Son personnel, administrativement rattaché à l'Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie (IRAP, laboratoire de l'OMP) est également impliqué dans les grands projets de recherche menés par l'équipe de sismologie de l'Observatoire Midi-Pyrénées.